Qu’est-ce que la stabilité médicale ?

Un voyageur averti doit évaluer attentivement ses besoins lorsqu’il passe en revue les différentes possibilités d’assurance maladie de voyage. La vérification des conditions, des restrictions et des exigences des polices d’assurance doit constituer les éléments centraux de sa démarche. En effet, les limitations sur les affections médicales préexistantes varient d’un assureur à l’autre. Les termes d’examens médicaux et de traitements reçus sont aussi définis différemment.

Au final, pour savoir si une affection médicale préexistante est couverte ou non par une assurance voyage, tout voyageur doit maîtriser la notion de stabilité médicale.

Comprendre la stabilité médicale

Dans un contrat d’assurance voyage, il s’agit du temps requis par l’assureur pendant lequel l’état de santé du voyageur doit demeurer exactement le même, sans aucun changement, tant au niveau de la médication, que des traitements et des consultations. La période de stabilité est exprimée en jours ou en mois selon les compagnies d’assurance voyage.

La médication

Toute augmentation ou diminution du dosage d’un médicament est considérée comme une instabilité et à plus forte raison, le début de la prise d’une médication ou encore son arrêt. C’est majoritairement l’arrêt de la prise d’un médicament qui soulève le plus d’argumentation. La raison en est simple. La plupart des personnes objecte qu’elles ne prennent plus le médicament, et que par conséquent, elles se déclarent guéries. Il faut savoir que le commencement d’une prise de médication, tout comme son arrêt, peut créer des effets secondaires (que l’on nomme aussi effets indésirables). La prise d’un nouveau médicament prescrit par son médecin ou l’arrêt de la prescription d’un médicament, entraine dans les deux cas un changement dans l’état de santé du patient. À ce titre, l’historique de sa médication est un élément à part entière de la notion de stabilité médicale.

Les traitements

On entend par « traitement » tout problème de santé ou symptôme pour lequel un praticien a établi un diagnostic et a recommandé une réponse médicalisée. Tout traitement reçu pour contrôler une condition médicale (médication, chimiothérapie, chirurgie, hospitalisation etc.) est également soumis à une période de stabilité qui varie selon l’âge, la durée du voyage ou le type de traitement lui-même.

Les consultations

Le terme de « consultation » se définit comme toute visite que vous demandez pour vérifier un problème de santé qui vous crée un malaise et vous inquiète, même au point de vous présenter à l’urgence d’un hôpital.

Par contre, l’examen médical annuel avec son médecin de famille ne rentre pas dans la catégorie des consultations médicales affectant la stabilité médicale. Bien au contraire, les assureurs voient d’un bon œil le voyageur qui a réalisé un bilan de santé dans les 24 ou 36 mois précédant sa date de départ en voyage. La situation médicale du voyageur est ainsi connue et possiblement maîtrisée. En effet, une surprime s’applique sur certains contrats de voyage pour les voyageurs âgés de 55 ans et plus qui n’ont pas fait leur bilan de santé depuis plus de deux ou trois ans. Ils sont considérés plus à risque par les compagnies d’assurance voyage.

Durée de la stabilité

Comme mentionné précédemment, l’âge du voyageur est un point important pour le critère de durée de la stabilité. Selon son âge, les clauses au contrat exigent des durées de stabilité allant de 7 à 365 jours. La personne assurée doit se référer à la durée de stabilité exigée pour sa tranche d’âge à sa date de départ en voyage.

Les particularités

Certaines médications, comme l’insuline et le coumadin, sont considérées stables même si la posologie varie. Dans ce type de médication, on ne considère que le début ou l’arrêt de la prise du médicament pour la stabilité.

La catégorie des affections mineures comprend toute maladie, blessure ou problème de santé qui ne requiert pas la consommation de médicaments pendant plus de 15 jours et pas plus d’une visite de suivi chez le médecin. Pour qu’une affection soit considérée comme mineure, la personne assurée ne doit pas être hospitalisée, ni subir une intervention chirurgicale, ni être référé à un spécialiste (dont la définition est toujours décrite dans la police d’assurance). L’état de santé doit demeurer stable 30 jours avant la date de départ. Toutefois, un état chronique, ou toute complication liée à un état chronique, n’est pas considéré comme une affection mineure.

Les particularités peuvent être légèrement différentes d’un produit d’assurance voyage à l’autre, d’où l’importance de bien lire sa police. En cas de doute, le meilleur moyen de savoir si votre stabilité est bien acquise avant votre départ, c’est de vérifier avec votre courtier d’assurances en lui donnant l’heure juste.