Une assurance annuelle ne peut être interrompue

Si un voyageur souscrit un plan annuel d’assurance voyage, appelé également assurance multi-voyages, ce type de plan n’est pas remboursable dès qu’il est entré en vigueur. Il offre une couverture d’assurance pour un nombre illimité de voyages d’une certaine durée, au cours de 365 jours consécutifs. Si l’assuré ne s’en prévaut qu’une fois ou plusieurs fois au cours de la période annuelle, la prime d’assurance ne varie pas. L’argument du non-remboursement est que l’assuré peut l’utiliser plus tard puisque le contrat est valide pour une année à compter de la date de départ de son premier voyage assuré. Il est évident que selon l’âge du voyageur assuré, certaines conditions médicales pourraient ne pas être couvertes si celui-ci ne respecte pas la période de stabilité requise à chaque nouveau départ. Habituellement, toute personne prévoyant de voyager à l’extérieur de sa province de résidence à plusieurs reprises devrait considérer le choix d’un plan annuel d’assurance voyage. Cela s’avèrera plus économique que plusieurs assurances voyages uniques.

 

Une franchise peut s’appliquer plusieurs fois en voyage

Certaines assurances voyages pour tous et les assurances voyages à destination des voyageurs de 55 ans et plus offrent la possibilité de choisir l’application d’une franchise afin d’abaisser la prime d’assurance. L’application exacte de la franchise dépend de chaque assureur. Il est important de se référer à la section de la police d’assurance qui détaille les conditions d’application de la franchise. D’une manière générale, la franchise médicale s’applique à chaque nouvel événement (accident ou maladie). Par exemple, si un voyageur consulte pour un début de bronchite, il devra payer le montant de la franchise prévue à son contrat d’assurance voyage. S’il consulte ensuite pour une cheville cassée, la franchise est applicable une nouvelle fois car il s’agit de deux évènements distincts.

 

Mais de plus en plus, la franchise s’applique aussi par visite d’une salle d’urgence ou par hospitalisation même si reliées à la même situation médicale. Si l’assuré retourne pour un suivi prévu par le médecin traitant, la franchise ne s’appliquera pas. Mais s’il retourne dans une salle d’urgence à cause d’une rechute brutale de son état de santé, certains contrats appliqueront de nouveau la franchise.

 

Au moment de l’achat de l’assurance voyage, il faut vérifier attentivement les conditions générales.

 

Le nombre de médicaments prescrits peut influencer la prime d’assurance

Le nombre de médicaments prescrits à la pharmacie fait régulièrement l’objet d’une question médicale sur les contrats pour les voyageurs souhaitant couvrir leurs états de santé préexistants. Ce critère se retrouve soit dans l’admissibilité, soit dans le questionnaire médical. La réponse participe à déterminer la prime d’assurance. Il est alors fortement recommandé de vérifier avec son médecin si certains médicaments pris au besoin ou non essentiels ne pourraient pas être remplacés par des médicaments en vente libre. Ainsi, le nombre de médicaments prescrits diminue. Cela peut donner accès à plus de produits d’assurance ou encore éviter les questionnaires médicaux allongés qui doivent être approuvés par l’équipe médicale des compagnies d’assurance. Ce procédé est plus ardu car le voyageur devra fournir des résultats d’examens, impliquant alors pour lui des frais, du temps d’attente et par conséquent du stress.

 

Le remboursement partiel de la prime d’assurance pour voyage écourté est soumis à condition

Tout voyageur effectuant un retour hâtif vers son pays ou sa province de résidence peut se prévaloir d’un remboursement pour les jours non utilisés. Cette possibilité n’est pas offerte sur les assurances annuelles ni sur les assurances comportant une garantie d’annulation ou d’interruption de voyage.

 

Lorsque le contrat d’assurance voyage l’y autorise, un remboursement pour retour anticipé est soumis à certaines conditions. Aucun remboursement n’est possible si le voyageur assuré a consulté dans le but d’obtenir des services médicaux pendant son séjour à l’étranger. Cette restriction est toujours bien décrite dans les conditions de la police d’assurance voyage souscrite. Si le voyageur n’a effectué aucune réclamation médicale et n’a pas de demande de règlement médical à soumettre à l’assureur, il peut se prévaloir d’un remboursement des journées d’assurance non utilisées. Des frais administratifs sont applicables. Ils sont généralement précisés dans le certificat d’assurance émis initialement. Ces frais varient légèrement selon les assureurs. Il est également demandé de fournir une preuve de retour valide dans son pays ou dans sa province de résidence.

 

Une assurance collective pour couvrir le début de son voyage amène certains inconvénients

Il peut être intéressant de couvrir le début de son voyage grâce à une assurance collective ou encore une carte de crédit qui offre à son détenteur une couverture d’assurance voyage. Il est de la responsabilité du voyageur de bien vérifier le nombre de jours couverts et la stabilité requise. Si le voyage entrepris dépasse en durée la couverture offerte au travers de l’assurance collective ou de la carte de crédit, elle devra être complétée par une assurance voyage unique. Il faut que celle-ci soit souscrite avant la date de départ en voyage et les deux périodes d’assurance doivent se succéder sans journée d’interruption.

Si le voyageur prolonge la couverture offerte au travers de l’assurance collective ou de la carte de crédit, il est capital de vérifier que le premier assureur autorise à prolonger son plan avec un autre assureur. Les normes sont parfois assez différentes. Par exemple, certains plans collectifs exigent d’utiliser le nombre de jours prédéterminés de l’assurance, sans possibilité de prolonger. Ou encore certaines cartes de crédit doivent être prolongées par le même assureur à moins d’une autorisation spéciale.

 

Enfin, si un évènement médical se produit au cours de la première période d’assurance (celle sous la couverture collective ou celle de la carte de crédit), cela entraine un changement de stabilité médicale au regard de l’assureur qui complète la seconde période assurée. En conséquence, un accident ou une maladie lors de la première période d’assurance devient une exclusion pour état de santé préexistant pour la deuxième période d’assurance.

 

La date de retour sur un contrat d’assurance est selon l’heure d’arrivée de son vol

Quand un voyageur fait une demande pour assurer un voyage à forfait, il est important qu’il connaisse les dates et heures de départ et de retour. L’heure de retour dans son pays ou dans sa province de résidence est cruciale. Il arrive souvent que les vols de retour se fassent assez tard en soirée. Pour que l’assurance voyage soit bien valide, elle devra être souscrite jusqu’à la date du lendemain puisque le vol se termine après minuit.