Partir en voyage avec son animal de compagnie

28 May 2018

Vous empêchez-vous de voyager à cause de l’idée de laisser votre chat ou votre chien derrière vous? Pourquoi ne pas inclure votre animal de compagnie dans vos plans de voyage! À première vue, cela demande plus de planification qu’un voyage habituel. Mais la tendance de voyager avec un animal domestique est grandissante et il y a de plus en plus d’options qui s’offrent à vous.

Rendez-vous chez le vétérinaire

Si vous prévoyez voyager à l’international, planifiez une visite chez votre vétérinaire et mentionnez-lui votre itinéraire. Certaines destinations exigent des certificats de santé animale; la liste des pays est disponible sur le site du Gouvernement du Canada. Votre vétérinaire pourra évaluer l’état de santé de votre animal, lui administrer les vaccins nécessaires (dont celui contre la rage) et effectuer certains tests tels que des prises de sang. Votre professionnel de la santé animale pourra ensuite remplir et signer le Certificat sanitaire international pour chiens et chats.

Choisir le bon contenant de transport

Que ce soit en voiture ou en avion, vous aurez à transporter votre animal dans un contenant. Il est important de se procurer un sac ou une « cage » quelques semaines avant votre voyage afin d’y habituer votre animal. Les contenants doivent respecter certaines règles si vous désirez voyager en avion. Le contenant doit répondre aux exigences du transport aérien des animaux (Animal Air Transport Association). Voici quelques indices pour choisir un contenant :
o Le contenant doit avoir une ventilation suffisante sans que l’animal puisse y passer la tête ou les pattes.
o Le matériel du contenu doit être résistant, mais ne doit pas être constitué de treillis métalliques ni de panneaux de fibres.
o Le contenant doit avoir une porte sécurisée afin d’empêcher une ouverture accidentelle.
o L’espace pour l’animal doit être suffisamment grand afin que celui-ci puisse se tenir debout, s’y allonger et s’y retourner.

Vous pouvez également inscrire « Live Animal » sur le contenant et y ajouter le nom de votre animal, la destination ainsi que vos coordonnées et votre courriel. Prenez une photo de votre animal (avec votre téléphone intelligent par exemple) et gardez-la avec vous pendant le voyage en cas où vous vous retrouveriez séparés.

Réserver votre hébergement

Que ce soit un hôtel, un AirBnb ou un terrain de camping, vous devez absolument vous assurer que le type d’hébergement considéré accepte les animaux de compagnie avant de réserver. Il existe des auberges qui proposent des forfaits « amis des animaux » qui optimisent votre séjour et celui de votre compagnon à quatre pattes en offrant des chambres avec un accès direct à l’extérieur. Prévoyez emporter assez de nourriture et tous les éléments nécessaires pour le confort de votre toutou.

Voyager en avion avec votre animal domestique

Pour faciliter le transport aérien de votre animal, choisissez des vols d’avions avec le moins d’escales possible. Il est bon de savoir que chaque compagnie aérienne possède ses propres règles quant au transport d’un animal de compagnie. Certaines compagnies n’autorisent pas les animaux, il est donc important de bien vérifier avant d’acheter un billet d’avion.

Air Canada, Air France, American Airlines, Delta, Jet Blue, SouthWest, United et Virgin America font partie des transporteurs qui acceptent les animaux de compagnie. En général, les compagnies qui accueillent les animaux domestiques offrent généralement trois options : en cabine (si le poids et la taille de l’animal conviennent), en soute à bagages ou en cargo. Un âge minimum d’environ 10 semaines peut également être exigé par certaines compagnies. Pour votre budget, soyez conscient qu’il y a une surcharge de quelques dizaines à centaines de dollars par vol d’avion pour votre compagnon. Les chiens d’assistance voyagent par contre en cabine gratuitement.

Ne donnez pas de tranquillisant à votre animal de compagnie à moins que votre vétérinaire vous l’ait prescrit. Dès que vous arrivez à destination, ouvrez le contenant de transport et examinez votre animal de compagnie. Si quelque chose vous semble anormal, rendez-vous chez un vétérinaire et notez les symptômes avec la date et l’heure.

Avec toutes ces précautions, le voyage en avion est sécuritaire pour votre animal. Le jeu en vaut la chandelle, vous pourrez vous prélasser à la plage ou escalader des montagnes avec votre meilleur ami canin ou félin.

Partir en roadtrip avec votre fidèle compagnon

Vous vous imaginez probablement dans la voiture avec la musique à tue-tête en compagnie de votre chien, la tête sortie par la fenêtre avec les oreilles dans le vent! Bien que l’idée semble plaisante, si vous roulez sur l’autoroute, vous devriez éviter ce type de pratique pour la santé et la sécurité de votre chien. Certains animaux ont le mal du transport, alors faites le test avant le grand départ. Il est possible aussi d’adapter graduellement un animal au transport en voiture. Assurez-vous d’avoir tous les documents nécessaires et à jour avant de traverser une frontière par voie terrestre.

Obtenir une assurance voyage

Que ce soit avec ou sans un animal de compagnie, assurez-vous d’avoir une assurance voyage pour couvrir les imprévus. Contactez votre représentant en assurance voyage et partagez-lui les détails de votre voyage dès l’étape de la planification.
Avec une bonne préparation, vous êtes maintenant prêt à vous lancer dans votre premier voyage avec votre animal! Préparez votre appareil photo pour capter tous ces souvenirs inestimables!

Planifier un road trip : tout ce qu’il faut savoir

28 May 2018

As-tu déjà rêvé de conduire sur la route 66 avec les cheveux dans le vent, les fenêtres descendues et la musique à tue-tête? Les road trips sont synonymes de liberté. Ça signifie se perdre pour découvrir des coins cachés du monde que tu n’aurais pas trouvé autrement. Tu as probablement des souvenirs de conduite avec tes parents pendant les vacances d’été, de jouer à des jeux pour passer le temps ou encore ce moment mémorable où tu es parti en road trip avec tes amis dans ta toute première voiture.

De nos jours, il y a grand mouvement qui se nomme le «Vanlife». Des gens transforment de vieux campervans ou des autobus scolaires en nouvelles habitations mobiles pour vivre de façon indépendante sur la route. Ce genre de voyage ne convient peut-être pas à tout le monde, mais il y a quelque chose de très gratifiant et de magique à se réveiller à un endroit différent chaque matin dans ta maison roulante.

Peu importe le type de transport que tu choisis, il y a des règles générales à suivre pour réussir la planification d’un road trip. Voici quelques conseils pour rendre ta prochaine aventure sur la route inoubliable :

Planifie un itinéraire préliminaire

Sans nécessairement savoir précisément où tu vas t’arrêter et quand, c’est une bonne idée de déterminer ta destination finale. Pour se faire, le temps dont tu disposes pour ce voyage aura une grande influence sur tes possibilités de destinations. Prends en considération les conditions météorologiques, surtout si tu prévois voyager en hiver. Si ton véhicule n’est pas équipé pour ce type de météo, tu devrais éviter les régions montagneuses qui ont des routes enneigées. Bien qu’il soit pratiquement impossible de t’arrêter à tous les points d’intérêts touristiques, fais-toi une liste des lieux incontournables à tes yeux et essaie de les incorporer à ton itinéraire.

Opte pour la façon à l’ancienne et procure-toi une carte papier

La majorité des voyageurs vont utiliser Google Maps ou Maps.me (des cartes accessibles hors ligne) sur leur téléphone intelligent ou utiliser un système de navigation GPS pour se repérer. Cependant, que se passe-t-il quand la batterie de ton téléphone est vide ou que ton cher GPS se retrouve dans une zone sans signal? C’est à ce moment que tu es heureux de sortir ta carte pliable. Si tu veux ajouter du piquant à ton aventure, ta carte papier sera très pratique pour sortir des sentiers battus. Tu peux contacter ton association automobile (comme CAA au Canada) afin de personnaliser l’itinéraire de ton road trip et te procurer des cartes routières. D’ailleurs, c’est peut-être une idée intéressante d’obtenir une carte de membre pour obtenir de l’assistance routière. Pour être en sécurité pendant ton périple, n’oublie pas de souscrire à une assurance voyage si tu prévois sortir à l’extérieur de ta province ou de ton pays.

Fais vérifier ton véhicule

Avant de prendre la route, si tu planifies utiliser ton propre véhicule, assure-toi de visiter ton garagiste pour une vérification mécanique. Profite de ce rendez-vous pour en apprendre davantage sur les mises au point nécessaires pour ta voiture. Apprends quels liquides doivent être remplacés et comment les remplir, quelles actions doivent être exécutées si les témoins lumineux de ton tableau de bord s’allument, comment vérifier la pression de pneus, etc. Ces connaissances te seront inestimables une fois rendu sur la route (surtout si tu rencontres un pépin au beau milieu de nulle part).

Détermine ton type d’hébergement

Il y a tellement d’options disponibles quand tu voyages en voiture. Si tes standards sont plutôt élevés, tu devras passer plus de temps pour rechercher en amont des hébergements qui répondent à tes attentes. Du joli Bed & Breakfast au motel de bord de route en passant par le camping en nature, il ne manque pas de choix, peu importe ton style! Encore mieux, pourquoi ne pas choisir le confort de ton propre véhicule pour y dormir? C’est la joie que procurent les campervans! Ton plus grand défi sera alors de trouver un endroit tranquille où tu peux passer la nuit en respectant les lois locales. Imagine te faire réveiller en plein milieu de la nuit par un policier qui te renvoie sur la route, vaut mieux éviter. Pendant un trip en campervan, prendre une douche deviendra un luxe. Sois créatif pour répondre à ce besoin et considère prendre un abonnement de gym avec de nombreux points de services ou informe-toi sur les emplacements des aires de repos routiers avec douches publiques.

Emporte les essentiels

Comme pour tous types de voyage, le moins de choses que tu amènes, le plus tu seras gagnant! Tu seras probablement tenté de remplir ton véhicule jusqu’au plafond, mais force-toi à voyager léger. Voici les items qui sont indispensables :
• Une trousse de premiers soins pour les incidents mineurs
• Des outils mécaniques comme des câbles de démarrage (à te procurer si tu n’en possèdes pas déjà)
• Du matériel de camping (si tu veux éviter les hôtels et les restaurants)
• Des réserves d’eau et de nourriture (en cas d’isolement forcé)
• De la corde (que ce soit pour tirer le véhicule ou simplement pour faire sécher tes vêtements)

Si tu as un téléphone intelligent, ça peut être intéressant de télécharger quelques applications mobiles comme Roadtrippers, Hidden Place, GasBuddy et plusieurs autres.

Enfin et surtout, un road trip ne serait pas complet sans la parfaite playlist : sélectionne tes chansons préférées, descends tes fenêtres et prépare-toi à chanter! Bonne route!

Premier voyage solo : 10 conseils pour réussir l’aventure d’une vie

28 May 2018

Tu souhaites explorer le monde, mais tu es le seul de ton entourage à vouloir voyager à tout prix. Le proverbe « Vaut mieux être seul que mal accompagné » prend tout son sens dans l’univers du voyage. Si tu es prêt à partir et à réaliser tes rêves, vas-y! Fais-le par toi-même! Voyager en solo sera une des expériences les plus enrichissantes de ta vie. Sans compromis ni obligations, tu vas pouvoir faire ce que tu veux vraiment à ton propre rythme. Voici quelques conseils pour faciliter ton premier voyage en solitaire :

1) Réalise que c’est normal d’avoir peur

La peur est probablement ce qui freine le plus de personnes de partir voyager seul. C’est commun de ressentir des appréhensions par rapport à quitter sa zone de confort pour affronter l’inconnu et la solitude. Ce sentiment déclenche une quantité de questions qui sont sans réponses lors de ta première expérience solo : est-ce que je vais me faire des amis? Je n’ai jamais mangé au restaurant seul, est-ce que ça va être inconfortable? Est-ce que je vais être en sécurité? Que se passe-t-il si je tombe malade pendant que je suis seul?

Accepte l’existence de ces inquiétudes. Une bonne préparation ainsi que l’expérience vont résoudre tout ça. Voyager seul, c’est l’occasion de se faire plein de nouveaux amis de différentes nationalités, mais aussi d’apprendre à apprécier les moments avec soi-même. Ne laisse pas la peur te paralyser et t’empêcher de partir voyager; limite les imprévus en souscrivant à une assurance voyage. Une tonne de nouvelles aventures n’attendent que toi!

2) Choisis bien tes premières destinations

Certaines destinations sont plus adéquates au voyage solo. Pour rencontrer d’autres voyageurs seuls, les pays de l’Asie du Sud-Est et l’Amérique latine sont très populaires ainsi que l’Australie, la Nouvelle-Zélande et le Portugal. Choisis bien ton type d’hébergement, il est plus difficile de se faire des amis en dormant dans un hôtel 5 étoiles que dans une auberge de jeunesse. Privilégie les maisons d’hôtes, les B & B et les lodges avec des salles communes et qui organisent des activités ainsi que des soupers pour leurs invités. Fais tes recherches pour ne pas te retrouver dans un endroit où il n’y a que des couples ou des familles.

3) Planifie en détail ton arrivée

Pas de plan, pas de problème! L’idéal est d’avoir une idée générale ou une ligne directrice plutôt qu’essayer de tout prévoir avant le grand départ. Voyager seul offre une flexibilité accrue et la possibilité de changer son itinéraire au gré de ses envies et des rencontres.

Comme c’est ta première expérience solo, assure-toi de bien planifier ton arrivée. Est-ce que tu as besoin d’un visa ou d’une preuve de sortie? De vaccins? Informe-toi avant le départ! Planifie tout en détail, du moment où tu débarques de l’avion jusqu’à ton check-in à l’auberge que tu as réservée. Tu ne veux pas avoir l’air perdu et vulnérable en sortant de l’aéroport. Cherche sur Internet la meilleure façon de se rendre du terminal à ton hébergement. Dans plusieurs pays, il y a des types de taxi ou de transport en commun qui sont sécuritaires et d’autres, déconseillés. Renseigne-toi sur le prix moyen de ce trajet pour bien négocier et ne pas te faire arnaquer.

4) Voyage léger pour faciliter tes déplacements

Limite le poids de tes bagages pour maximiser ta mobilité. Sépare tes items de voyage en deux :
1) Dans ton sac à main ou ton sac à dos de jour, gardes ton passeport, tes cartes bancaires et tes objets de valeurs (appareil photo, ordinateur, cellulaire…)
2) Dans ta valise ou ton sac à dos principal, mets-y le reste de tes affaires.

La règle d’or est de conserver en permanence ton petit sac à dos collé sur toi comme si ta vie en dépendait : tu ne le lâches jamais! Pour ton gros backpack, gardes-y toujours un œil. Les vêtements sont beaucoup plus faciles à remplacer qu’une carte de crédit. Si tu dois aller aux toilettes et que tu ne veux pas t’encombrer de ton bagage principal, demande à d’autres voyageurs qui t’ont l’air sympathique de le surveiller et amène avec toi ton précieux petit sac.

5) Traine un livre avec toi

Un livre, c’est un compagnon de voyage. Que ce soit au restaurant ou dans les transports, tu n’es jamais seul quand tu es plongé dans ta lecture. Ça évite d’être importuné, mais tu peux tout simplement le refermer si l’on t’aborde et que tu apprécies la conversation. Les livres peuvent rapidement devenir lourds et encombrants dans tes bagages, tu peux opter pour un Kindle ou toute autre liseuse électronique.

6) Invente-toi des amis ou un amoureux que tu dois aller rejoindre

Pas besoin de le crier sur tous les toits que tu voyages seul. Pour rester en sécurité, évite de mentionner à tout le monde que tu es en solo. Dans certains pays, les chauffeurs de taxi veulent te faire changer d’endroit où dormir et racontent même des sornettes comme quoi l’auberge que tu cherches est fermée. L’excuse parfaite est de dire que tu dois absolument te rendre à l’endroit prévu, car tu dois y rejoindre des amis ou ton amoureux. Invente des noms et des nationalités pour être plus crédible au besoin!

7) Reste connecter à tes proches

Ne passe pas vingt-quatre heures sur vingt-quatre sur Facebook. Si tu pars voyager, c’est pour vivre le moment présent et non pour être branché sur ton téléphone intelligent. Force-toi à interagir avec l’environnement autour de toi.

Vu que tu voyages seul, fais parvenir ton itinéraire approximatif à tes proches pour des raisons de sécurité. Pas besoin de leur envoyer les détails précis à la minute près. Tiens-les simplement au courant de tes grands déplacements. Si tu planifies te déconnecter complètement pendant plusieurs jours, par exemple pour un trek dans l’Himalaya au Népal, avise ton entourage que c’est normal si tu ne donnes pas signe de vie jusqu’à telle date.

8) Dégêne-toi

Apprends à parler aux étrangers. Pour rencontrer d’autres voyageurs et des locaux, ça commence bien souvent avec un sourire et quelques mots. Sois curieux et pose des questions pour engager une conversation. Comment est-ce que la personne s’appelle et où habite-t-elle? Tu peux lui demander où elle a voyagé précédemment et où elle planifie aller ensuite. Comme la plupart des voyageurs empruntent les mêmes itinéraires, ça fait un sujet de discussion commun.

La meilleure façon de faire de nouvelles rencontres est de s’inscrire à des activités comme des cours de cuisine, des tours guidés, des pub crawls, des classes de yoga…

9) Fais confiance à ton instinct

Quoi qu’il arrive, soit alerte et si tu as un mauvais feeling, n’y va pas. Prends le taxi suivant, cherche une autre auberge, reviens sur tes pas. En cas de doute, écoute ta petite voix intérieure et évite les risques non nécessaires. Pas besoin de tout rationaliser, tu es libre de changer de décision vu que tu voyages seul. Si ton instinct te dit qu’il y a quelque chose qui cloche, écoute-le.

Applique les règles de base de sécurité : ne marche pas seul à la noirceur, évite les ruelles, informe-toi auprès de ton auberge sur les quartiers sécuritaires et accompagne d’autres voyageurs au besoin pour manger ou sortir.

10) Pars l’esprit en paix avec une assurance voyage

Les mésaventures font les meilleures histoires à condition d’être bien assuré. Si tu dois consulter un médecin à l’étranger ou gérer le vol de ton passeport, tu veux avoir choisi la bonne assurance voyage. En cas de panique, tu veux pouvoir parler rapidement à ton représentant d’assurance dans ta langue. Opte pour une compagnie fiable et reconnue comme Escapade Assurance Voyage qui offre plus de 30 formules d’assurance élargies pour bien répondre à tes besoins, peu importe le motif de ton voyage ou ton profil de santé. Voyager seul n’a pas besoin d’être stressant, il suffit d’être prévenant.

Après tout, la chose la plus difficile de voyager seul est de prendre la décision de partir. Des milliers de personnes partent seules, maintenant plus que jamais! Voyager en solo te permettra de t’ouvrir à de nouvelles expériences, de renouer avec toi-même et de chérir des rencontres inoubliables. Qu’est-ce que tu attends?

7 choses à prévoir avant de partir en voyage

28 May 2018

Après des semaines d’attente, le moment tant attendu est enfin arrivé : le billet d’avion est acheté et le grand voyage approche! D’un certain point de vue, le plus difficile est déjà fait : le projet s’est transformé en réalité. Mais parlant de réalité… il ne faut surtout pas oublier tous les préparatifs en vue du départ! Voici quelques étapes à ne pas négliger avant de partir.

1. Se procurer un permis de conduire international

Beaucoup de voyageurs croient qu’on perd son temps et son argent en se procurant un permis de conduire international. Pourtant, celui-ci est obligatoire pour conduire dans certains pays. Les règles peuvent même changer d’une région à l’autre dans un même pays! Si certains endroits comme la Thaïlande sont plutôt conciliants, avec une amende d’à peine 8 $ pour les conducteurs fautifs, la facture peut monter très rapidement ailleurs dans le monde. Quand on sait qu’un permis de conduire international ne vaut que 25 $ (dans un centre de services de CAA-Québec), ce n’est pas cher payé pour avoir l’esprit tranquille!

2. S’inscrire sur la liste des canadiens à l’étranger

Tous les voyageurs devraient s’inscrire sur le site du gouvernement canadien. L’opération ne prend pas plus de 10 minutes et elle assure d’être toujours à jour sur les événements importants (et potentiellement dangereux) dans les pays que l’on compte visiter. Ainsi, tout voyageur inscrit recevra un courriel en cas de mouvement politique préoccupant, de catastrophe naturelle imminente ou de tout autre phénomène nécessitant qu’il prenne des précautions. Le courriel contiendra toutes les recommandations du gouvernement canadien ainsi que l’adresse de l’ambassade ou du consulat le plus proche et les numéros d’urgence exclusifs aux ressortissants canadiens.

3. Souscrire à une assurance voyage

Qui ne connaît personne qui est tombé malade en voyage ou qui s’est blessé sur la route? Au nombre de personnes qui subissent les contrecoups souvent inévitables du voyage, on peut dire que souscrire à une assurance voyage, ça va de soi! Tout le stress lié à l’obtention de soins à l’étranger est ainsi évacué pour que l’on puisse se concentrer sur ce qui est vraiment important : retourner profiter de ses vacances au plus vite! Et c’est presque trop facile si l’on choisit bien son assureur!
Astuce : Parlant d’assurances, les voyageurs qui prévoient être à l’extérieur du Québec plus de 6 mois (182 jours) au total dans une même année (du 1er janvier au 31 décembre) doivent en informer la Régie de l’assurance maladie du Québec par téléphone.

4. Choisir le bon équipement

Ici, chaque voyageur a sa méthode. Certains voyagent très léger, alors que d’autres pourraient pratiquement dormir dans leur valise! Mais peu importe sa méthode, il y a des essentiels. Pour un court séjour, mieux vaut prévoir assez de vêtements pour s’éviter des allers-retours à la buanderie. Dans le cas inverse, il faut en prévoir suffisamment pour avoir l’esprit tranquille, mais pas trop, surtout si l’on compte se déplacer souvent. À ne pas négliger : les appareils électroniques. Vaut-il mieux emmener un appareil photo ou un téléphone intelligent? Une tablette électronique ou un ordinateur portable? Il est primordial de bien considérer le tout, parce que les appareils électroniques sont souvent lourds pour leur taille!

5. Répertorier ses possessions

Autre point important concernant l’équipement : il est fortement conseillé de répertorier ce que l’on transporte dans ses bagages. Le plus important, c’est de noter les numéros de série de tous les appareils électroniques que l’on compte transporter avec soi. Si l’on emmène d’autres objets de valeur (comme des bijoux, par exemple), il peut être judicieux de les répertorier également avec, s’il y a lieu, la marque et le modèle. Une fois que tout est noté, il est recommandé de prendre tous les appareils et objets de valeur en photo et de s’envoyer le tout par courriel. Il peut être judicieux d’en envoyer une copie à quelques personnes de confiance, au cas où l’on perdrait l’accès à ses courriels. En cas de réclamation pour vol ou pour perte, ces précautions serviront de preuve que l’on possédait vraiment ces objets.

6. Noter les adresses et numéros de téléphone importants

Que faire si l’on se fait voler ses papiers, son portefeuille ou ses valises? Pour toujours savoir qui appeler en premier, le mieux est de faire une liste des numéros de téléphone importants. Le numéro du service d’aide d’urgence du gouvernement du Canada, incluant l’adresse courriel (sos@international.gc.ca) est un bon début. C’est une bonne idée de poursuivre avec une liste des coordonnées (adresse, numéro de téléphone et courriel) des ambassades et des consulats du Canada dans les pays que l’on va visiter. Tous les amis et contacts que l’on a dans ces pays peuvent aussi faire partie de la liste. Pour finir, il est très important de noter les numéros de téléphone des banques qui gèrent ses cartes de crédit et de débit. Encore une fois, il faut s’envoyer le tout par courriel et en envoyer une copie à quelqu’un de confiance.

7. Vérifier la date d’expiration de son passeport

Ça peut sembler évident, mais il ne faut surtout pas oublier de vérifier que son passeport est encore valide… Et qu’il l’est pour encore un petit bout de temps! La plupart des pays dans le monde exigent que le passeport d’un voyageur soit valide pour au moins six mois après la date prévue de sa sortie du pays. Après tous ces préparatifs en vue du voyage, ce serait toute une déception de devoir rentrer à la maison pour un passeport trop vieux! D’ailleurs, il est primordial de vérifier les conditions d’entrée des pays que l’on souhaite visiter. Peut-être que l’obtention d’un visa est nécessaire?

Utiliser sa carte de crédit à l’étranger

22 April 2018

C’est fini le temps où l’on avait recours aux chèques de voyage lorsqu’on visitait un nouveau pays. Ces jours-ci, on évite tout simplement de s’importuner avec l’échange de devises étrangères en utilisant nos cartes bancaires. Malgré le fait qu’il reste encore quelques endroits sur la planète où seul l’argent liquide est accepté, on peut facilement s’en tirer en voyage en utilisant sa carte de crédit comme mode de paiement.
Voici quelques points à retenir avant d’utiliser sa carte de crédit à l’étranger.

1- Assurance voyage

La majorité des gens croit qu’il n’est pas nécessaire de se munir d’une couverture d’assurance voyage complète étant donné qu’ils sont déjà protégés par leur compagnie de carte de crédit. Ceci peut être vrai dans certains cas et pour une période de temps limitée. Cependant, il est préférable de prendre contact avec un agent d’assurance voyage pour valider que l’assurance offerte offre une couverture complète pendant toute la durée du voyage.
Comme avec la plupart des achats faits par carte de crédit, il se peut également que les réservations de vols et d’hôtels soient protégées en cas d’annulation. Il est important d’obtenir toute l’information de la part de la banque émettrice avant le départ pour éviter toutes surprises pendant le voyage.

2- Frais bancaires

Avant un long voyage, ça vaut la peine de magasiner pour une banque qui ne charge aucuns frais lors de retraits dans un guichet automatique à l’étranger. Ces frais peuvent s’accumuler assez rapidement lorsque les deux banques décident de charger l’utilisateur. Il est important de noter que les guichets automatiques situés dans les aéroports et dans les centres touristiques majeurs ont des frais de transaction beaucoup plus élevés.
Il est bon à savoir que lorsqu’on utilise sa carte de crédit à l’extérieur du pays, la banque charge invariablement son propre taux de change, qui n’est pas nécessairement des plus compétitifs.
Alors que dans certains pays cette pratique est proscrite, beaucoup d’endroits vont charger un pourcentage supplémentaire à la vente pour l’utilisation de la carte de crédit comparativement au paiement en argent comptant. Le taux est généralement d’environ 3 à 5 %, donc il est mieux de faire l’effort de calculer si c’est plus avantageux de retirer de l’argent ou tout simplement d’utiliser sa carte de crédit.
En dernier lieu, il faut noter que de faire une avance d’argent dans un guichet automatique avec sa carte de crédit peut occasionner des frais d’intérêts additionnels.

3- Fraude

Il est fortement recommandé d’aviser sa banque avant un voyage pour les informer de l’itinéraire approximatif. Cette petite étape fera en sorte que la carte de crédit ne se fasse pas bloquer pour cause d’activités frauduleuses soupçonnées. À ce sujet, il faut faire preuve de vigilance lors de l’utilisation de guichets automatiques ou de machines à carte dans les commerces. Lors de l’entrée du NIP, il est important de toujours cacher le clavier avec son autre main et de garder un œil sur sa carte à tout moment. En cas de doute ou si on pense être victime de fraude, il faut avoir sous la main le numéro du service à la clientèle de sa carte de crédit pour l’annuler rapidement.
En mesure préventive et en cas de vol, perte ou fraude, il peut être judicieux de se munir de deux cartes de crédit provenant de deux banques émettrices différentes. Certaines cartes, comme la American Express par exemple, ne sont pas acceptées partout, donc c’est pratique d’avoir en sa possession une autre carte comme Visa ou MasterCard. En dernier recours, il est conseillé de garder une petite réserve d’argent comptant, de préférence en dollar US, comme mode de paiement alternatif.

4- Aide-mémoire avant le départ

Lors des préparatifs pour le voyage, il ne faut pas oublier de vérifier la date d’expiration de la carte de crédit, surtout pour les voyages à long terme. Se faire envoyer une carte à l’autre bout du monde peut être assez compliqué et même dispendieux.
Pour tous les documents importants, incluant la carte de crédit, il vaut mieux garder une copie électronique sur son ordinateur ou sur un nuage (Dropbox, Drive, iCloud, etc.). D’ailleurs, c’est une bonne idée d’en refiler une copie à une personne de confiance à la maison.
Dans la mesure du possible, il est conseillé d’augmenter la limite de la carte de crédit en cas de situation d’urgence qui nécessiterait un large montant d’argent. À noter que ce n’est pas parce qu’il y a plus d’argent disponible qu’il faut le dépenser. Cette protection additionnelle va permettre une meilleure tranquillité d’esprit si jamais le besoin se fait sentir d’acheter un billet d’avion dernière minute par exemple.

5- Sécurité

Comme avec tout autre objet de valeur, il est judicieux de toujours garder sa carte de crédit en sécurité lorsqu’on voyage, que ce soit dans un portefeuille qu’on garde sous ses vêtements ou dans son sac de jour. À moins d’avoir besoin de la carte pendant le jour, il vaut mieux la laisser dans le coffret de sécurité de sa chambre d’hôtel. Il est fortement conseillé de ne pas traîner sa carte de crédit lors de soirées en boîtes de nuit, où celle-ci est facilement égarée et oubliée.
Finalement, un dernier petit conseil pour la route : avant de quitter un guichet automatique ou un commerce, toujours s’assurer d’avoir sa carte en sa possession.
L’utilisation de la carte de crédit en voyage est probablement considérée comme la méthode de paiement la plus pratique pour faire des achats et pour effectuer des réservations en ligne. Garde ces astuces en tête pour un voyage en toute sécurité, mais n’oublie surtout pas de t’amuser lorsque tu pars à la découverte de nouvelles destinations.

Article rédigé par l’équipe de Nomad Junkies.

 

nomad

Est-ce que l’assurance voyage est obligatoire?

9 April 2018

Lorsqu’on part en voyage, tout ce dont on a besoin c’est son maillot de bain, son passeport et le tour est joué, n’est-ce pas? En fait, ça implique beaucoup plus de planification telle que : établir un budget de voyage, créer un itinéraire, vérifier les exigences de visa et obtenir les vaccins nécessaires à une clinique du voyageur. Tout ceci peut rapidement devenir accablant!

En plus de toute cette préparation, il faut également considérer certaines étapes obligatoires :

– Avoir un passeport valide

C’est bien important de vérifier la date d’expiration en plus du nombre de pages restantes dans son passeport étant donné que chaque pays a des exigences différentes à cet effet. De plus, certains pays demandent que le passeport soit encore valide quelques mois après la date de retour.

– Faire une demande pour un visa touristique dépendant de la destination choisie

Comme les Canadiens peuvent se rendre dans 101 pays sans visa, il faut vérifier que le pays visité fait bien partie de cette liste.

– Obtenir les vaccins appropriés

Par exemple, pour pouvoir entrer dans certains pays, il faut fournir un certificat de vaccination contre la fièvre jaune.

– Posséder un billet de retour

Bien que ce ne soit pas toujours imposé, il se peut qu’il faille présenter un billet de continuation ou de retour afin de satisfaire les exigences d’entrée de certains pays.

Qu’en est-il de l’assurance voyage? Est-ce que c’est obligatoire?
La majorité du temps, la réponse est : non! Bien que l’assurance voyage ne soit pas obligatoire, il est fortement conseillé de souscrire à une police. Dans de rares cas, les officiers aux douanes peuvent exiger un certificat d’assurance voyage attestant qu’on peut subvenir à nos besoins en cas d’urgence médicale.

Ceci étant dit, il y a quand même quelques destinations où les Canadiens doivent fournir une preuve d’assurance voyage valide afin d’obtenir un visa de touriste. L’information sur les exigences d’entrée selon les pays se retrouve généralement sur le site web des Affaires étrangères du gouvernement. Il est fortement conseillé de vérifier cette information avec un agent d’assurance voyage.

Selon les exigences d’entrée et de sortie répertoriées par le gouvernement du Canada, voici les pays pour lesquels les Canadiens doivent présenter une preuve d’assurance voyage à l’arrivée ou pour obtenir un visa de touriste :
Aruba : « Une preuve d’assurance maladie [est] requise pour entrer à Aruba. »
Bélarus : « Pour entrer au Bélarus, vous devez prouver que vous avez une assurance médicale valide. De plus, vous devrez vous procurer au point d’entrée une assurance d’État obligatoire. »
Bulgarie : « Vous devez présenter une preuve d’assurance médicale (couverture minimale de 30 000 euros) valide dans l’Union européenne et qui couvre les coûts des soins médicaux d’urgence et du rapatriement. »
Cuba : « Vous devez présenter la preuve que vous avez une assurance maladie qui demeurera valide pendant toute la durée de votre séjour. Même si l’assurance maladie des provinces canadiennes est suffisante pour vous permettre d’entrer à Cuba, il se peut que votre régime provincial ne couvre que partiellement les frais médicaux engagés à Cuba et que vous deviez assumer les frais dont la plupart des hôpitaux exigent le paiement immédiat. Il vous est donc fortement recommandé de souscrire une assurance maladie supplémentaire. »
Îles Falkland : « Vous devriez montrer une preuve d’assurance couvrant les évacuations aériennes à concurrence de 200 000 $ US. »
Lettonie : « Vous devez démontrer aux autorités douanières que vous avez une assurance maladie qui demeurera valide pendant toute la durée de votre séjour. Si vous n’êtes pas en mesure de fournir une telle preuve, on pourrait exiger que vous souscriviez une assurance maladie auprès d’une compagnie d’assurance lettone. »
Lituanie : « Il est obligatoire pour les non-résidents de l’Union européenne (UE) d’avoir une assurance maladie. Si vous ne pouvez démontrer aux autorités douanières que vous avez une couverture d’assurance suffisante, vous devrez souscrire une assurance à court terme à votre arrivée. »
Slovaquie : « Les autorités douanières pourraient vous demander une preuve d’assurance maladie. »

Dans plusieurs pays, afin d’obtenir un visa autre que le visa touristique (qui implique habituellement un séjour prolongé dans le pays), il se peut qu’on doive également fournir une preuve d’assurance voyage valide.

Au-delà des restrictions relatives à chaque pays, certains types de voyage nécessitent aussi de souscrire à une assurance voyage. Plusieurs voyagistes, agences de voyage, compagnies offrant des safaris et des expéditions ainsi que des croisiéristes ont des exigences strictes concernant l’assurance voyage. Pour qu’une réservation soit honorée, il es t normalement obligatoire d’obtenir un contrat d’assurance voyage qui répond à leurs critères.

Ultimement, ça revient à chacun de décider ou non de se procurer une assurance voyage. Peu importe les précautions prises en voyage, il faut être conscient qu’un accident ou une catastrophe naturelle peuvent survenir sans préavis. Le choix de ne pas avoir une assurance voyage aura donc un impact majeur sur soi ainsi que sur les membres de notre famille qui devront assumer les frais médicaux si quelque chose devait nous arriver.

Sans porter son attention sur tous les risques associés au voyage, il faut se rappeler qu’acheter une assurance voyage est la décision la plus intelligente dans le processus de planification d’un voyage. Après tout, voyager devrait être une source de joie et de plaisir. Procure-toi ton assurance voyage pour tes prochaines vacances dès maintenant. Si on a les moyens de voyager alors on a sans aucun doute les moyens de souscrire à une assurance voyage. C’est probablement la seule chose qu’on transporte en voyage qu’on est content de ne jamais utiliser!

Article rédigé par l’équipe de Nomad Junkies.

 

nomad

Planifier un tour du monde : 7 questions à se poser

2 April 2018

Tu désires explorer le monde, mais tu ne sais pas par où commencer. Si tu crois qu’un tour du monde est un rêve inatteignable et que seuls ceux qui sont vraiment riches peuvent le considérer, détrompe-toi! Réaliser un tour du monde est beaucoup plus simple et accessible que la croyance populaire. Voici sept questions pour te guider dans ta planification :

1) Combien de temps disposes-tu?

En théorie, tu pourrais faire le tour du monde en un week-end en prenant des vols consécutifs. Mais, il n’y aurait aucun intérêt! La beauté d’un tour du monde est de découvrir des destinations, de s’imprégner de la culture locale et de vivre de nouvelles expériences. Pour planifier cette grande aventure, tu dois d’abord répondre à une question essentielle. Est-ce que tu dois revenir dans ton pays à un moment précis? As-tu des obligations? Si tu as la liberté de voyager sans date de retour, tu ne prendras pas les mêmes décisions que s’il s’agit d’un tour du monde de quatre mois.

2) Est-ce que tu planifies travailler?

Tu veux vivre la vie de retraité, mais est-ce que tu peux te le permettre? Tu peux considérer travailler dans un des pays que tu vas visiter pour renflouer ton compte de banque et prendre de l’expérience à l’étranger. Les destinations les plus populaires pour gagner de l’argent en voyageant sont l’Australie ou la Nouvelle-Zélande.
Grâce aux sites web comme WorkAway, WWOOF, HelpX et Helpstay, tu peux aussi étirer tes dollars en faisant des échanges de services (quelques heures de travail par jour en échange d’un hébergement et de la nourriture).

3) Combien d’argent as-tu épargné?

As-tu de l’argent de côté? Calcule le montant que tu as économisé à ce jour pour ton voyage en y ajoutant les entrées d’argent futures lorsque tu seras parti (un remboursement d’impôts par exemple). Pour un tour du monde en sac à dos, tu dois prévoir un budget de 30 $ à 100 $ par jour selon les destinations. Ne t’inquiète pas, avec l’économie du partage et les compagnies aériennes low-cost, il existe de plus en plus de moyens de voyager à petit budget (que ce soit grâce au Couchsurfing, à Airbnb ou au covoiturage).

4) Quels sont les pays qui te font rêver?

Planifier un tour du monde, c’est aussi une introspection. Ça permet de te questionner sur ce qui te fait vraiment vibrer. Quelles sont tes aspirations? Tu as peut-être le goût de ne rien faire sur une île paradisiaque pour décompresser de la vie. Au contraire, as-tu envie de te dépasser physiquement et mentalement en effectuant un trek dans l’Himalaya? Tu songes peut-être à visiter les plus belles merveilles du monde en passant du Machu Picchu aux pyramides égyptiennes. Souhaites-tu apprendre de nouvelles choses comme une langue étrangère? Tu fantasmes peut-être sur les activités extrêmes comme le saut à l’élastique ou en parachute, le parapente et l’escalade. Est-ce que tu te visualises en train de découvrir le monde marin en plongée? Que ce soit des lieux ou des activités, cultive ton imagination de voyageur. Il n’y a rien de plus excitant que de concrétiser un rêve!

5) Dans quel sens et dans quel ordre?

Selon ton budget, ton laps de temps disponible et ton niveau de confort face à l’incertitude, tu peux dessiner les grandes lignes de ton tour du monde. Si tu n’as pas acheté un aller simple, tu peux changer ton itinéraire au gré de tes envies et de tes rencontres. Il n’y a rien de mal à voyager dans le sens contraire de ce qui était prévu. Tu trouveras également que c’est agréable et réconfortant de retourner dans un endroit que l’on connait déjà pendant un long voyage. Par exemple, Bangkok n’est probablement pas une ville facile à apprivoiser lors d’une première visite. Avec l’habitude et de bonnes adresses, on apprend à aimer Bangkok et ça peut même devenir un camp de base pour te reposer pendant un périple sur le continent asiatique. Il est important de prévoir des moments et des endroits pour recharger ses batteries, après tout il ne s’agit pas d’une course autour du monde.

6) Est-ce que tu as besoin de visas et de vaccins?

Même si les Canadiens peuvent visiter 101 pays sans visa, informe-toi à l’avance des règles d’immigration du prochain pays que tu souhaites explorer. Certains pays nécessitent que tu te déplaces en personne à l’ambassade avec des papiers précis et des photos pour te procurer un visa. Il faut donc prévoir le temps et le montant nécessaires.

Pour les vaccins, il est préférable de les recevoir avant le départ dans une clinique du voyageur. Même si tu ne connais pas avec exactitude tous les pays que tu visiteras, tu peux quand même partager ton itinéraire approximatif avec le médecin. Certains pays peuvent te demander une preuve de vaccins contre la fièvre jaune, alors garde ton carnet de vaccination à jour dans tes bagages.

7) Comment choisir une bonne assurance voyage pour un tour du monde?

Vérifie que tu peux prolonger ton assurance voyage pendant que tu es à l’étranger. Si la durée de ton voyage n’est pas fixe ou que tu changes tes plans, assure-toi de téléphoner à ta compagnie d’assurance avant la fin de ta couverture. Dans certains cas, une fois que ton assurance voyage a expiré, il n’est pas possible de s’en procurer une autre sans devoir retourner dans ton pays d’origine (ce qui brise un tour du monde).

Décide si ton tour du monde inclut des arrêts au Canada et aux États-Unis. Le coût de la plupart des formules d’assurances voyage est plus élevé lorsque ton périple comprend des arrêts au Canada et aux États-Unis. Tu dois normalement faire ce choix lors de l’achat de ton assurance. Tu dois opter pour une couverture «Monde entier EXCLUANT Canada/États-Unis» ou «Monde entier INCLUANT Canada/États-Unis».

Soit conscient que certains pays sont exclus de la couverture. Plusieurs formules d’assurance ne couvrent pas les destinations considérées en zone de guerre. Tu peux visiter le site du Gouvernement du Canada (Voyage.gc.ca) pour connaitre le niveau de risque du pays sous l’onglet «Conseils aux voyageurs et avertissements». En cas de doute, appelle ta compagnie d’assurance pour vérifier que les pays que tu comptes explorer sont inclus.

Choisis plus qu’une couverture médicale. Lorsque tu pars voyager pour une longue durée, tu peux opter pour une formule multirisque qui contient des clauses comme un remboursement des effets personnels et des compensations en cas de perte de tes bagages ou de ton passeport. Ça garantit une tranquillité d’esprit pendant ton tour du monde.

Alors qu’est-ce qui t’empêche de réaliser ton tour du monde? Vas-y, lance-toi!

Article rédigé par l’équipe de Nomad Junkies.

 

nomad

L’assurance Snowbird n’est jamais figée dans le temps

26 December 2017

Prendre ou ne pas prendre une assurance médicale lorsque l’on est un voyageur retraité est une question qui se pose de moins en moins en 2018. L’assurance voyage est clairement perçue comme une protection indispensable pour tout voyageur Snowbird voyageant pour une courte ou longue durée. Que la destination soit la Floride, l’Arizona ou encore le Mexique, la réalité des coûts de santé à l’étranger est considérée sérieusement. Qu’il s’agisse de mauvaises expériences partagées entre Snowbirds ou de situations dramatiques qui ont fait la une des journaux, elles sont récurrentes. Les voyageurs retraités canadiens comprennent dorénavant les risques financiers que représente une hospitalisation aux États-Unis ou ailleurs.

Chaque année, de nombreux Snowbirds pensent à leur prochain voyage, soit en phase initiale de la planification du budget ou en tant que décision de dernière minute. Le choix de son assurance voyage fait invariablement surface.

De moins en moins de voyageurs retraités la perçoivent comme une dépense inutile. Les plus réfractaires avancent encore les raisons suivantes :

  • Ils prévoient seulement un court séjour;
  • Ils sont en bonne santé;
  • Ils ne pensent pas avoir de nouvelles complications pour un état de santé préexistant;
  • Ils ne vont pas participer à des activités risquées;
  • La prime d’assurance est trop élevée et ils préfèrent prendre le risque.

La réalité en voyage peut rapidement rattraper ces voyageurs. Un accident de la circulation, une chute, une intoxication alimentaire ou la survenance d’un problème de santé que rien ne laissait présager, sont autant d’évènements qu’une assurance voyage couvrirait.

À l’inverse, un voyageur prévoyant se sera assuré de disposer d’une couverture médicale en bonne et due forme pour la totalité de son séjour à l’étranger. Or, répondre aux critères d’admissibilité et avoir rempli son questionnaire médical avec justesse et sans omission, n’est pas un gage de protection absolue.

Une assurance voyage pour Snowbird doit refléter en tout temps l’état de santé

Lors de l’établissement du contrat d’assurance voyage, celui-ci ne constitue pas une protection fixe dans le temps. Un contrat d’assurance voyage doit refléter l’état de santé et les conditions médicales préexistantes connues à la date d’entrée en vigueur. Plusieurs semaines à plusieurs mois peuvent séparer la date de souscription de la date à laquelle l’assurance voyage devient effective.

Les réponses au questionnaire médical formulées à la date de souscription ne resteront pas toujours identiques si le questionnaire médical était redemandé à la date d’entrée en vigueur de l’assurance. En effet, tout changement dans son état de santé entre ces deux dates modifie potentiellement les réponses à son questionnaire de santé.

La responsabilité incombe au voyageur assuré de reprendre contact avec son courtier ou son représentant en assurance. Il doit l’informer de tout changement de son état de santé entre la date de souscription et celle de son départ en vacances. Qu’il s’agisse de l’arrêt d’un médicament, d’un changement de posologie, d’une consultation en salle d’urgence ou de nouveaux symptômes diagnostiqués, il est impératif de vérifier que l’on reste admissible à l’assurance. Certains changements n’auront aucun impact. D’autres pourraient induire un changement dans la prime d’assurance exigible compte-tenu du changement de la période de stabilité pour telle ou telle condition médicale. Ne pas s’y conformer peut entrainer une exclusion à l’assurance pour tout ce qui sera relié directement ou indirectement à cette condition médicale.

Si une réclamation médicale est faite durant le séjour à l’étranger, l’assureur consultera le dossier médical canadien de l’assuré. Même si la nature des frais de santé engagés n’est pas reliée à la modification non déclarée d’un état de santé survenue avant le départ, cela entrainera des conséquences. Cela peut aller jusqu’au non-remboursement de toute facture médicale soumise.

Incidence lors d’un voyage couvert par deux compagnies d’assurance distinctes

Lorsqu’un Snowbird opte pour une couverture composée d’une assurance annuelle et d’une assurance voyage unique, chacune souscrite auprès d’un assureur différent, un point de vigilance doit retenir l’attention.

Lorsque la deuxième assurance devient effective, tous les évènements médicaux ou les changements dans l’état de santé survenus lors de période de voyage assurée par le premier assureur compte pour le deuxième assureur. Il est donc tout aussi impératif de contacter son courtier ou son représentant d’assurance au cours de son voyage. Il faut déclarer au deuxième assureur ce qui est survenu pendant la première période d’assurance. À défaut, les mêmes risques d’exclusion aux prestations d’assurance sont possibles.

Une assurance voyage ne couvre jamais toutes les situations

Après avoir pris toutes les dispositions afin que son assurance voyage reflète avec justesse son historique médical, le voyageur Snowbird doit garder à l’esprit certaines clauses de sa police d’assurance. La plupart des assurances voyages pour Snowbirds établit une liste habituelle d’exclusions. Certaines situations font en sorte qu’une réclamation ne sera pas honorée telles que :

  • Le défaut de présenter un rapport de police ou une preuve d’achat en cas de vol ou de perte de biens matériels;
  • Tout accident causé en état d’intoxication;
  • La visite d’un pays présentant un avis de risque élevé;
  • La pratique de certains sports extrêmes;

Chaque voyageur doit prendre le temps de lire toutes les exclusions à son contrat. Il peut discuter avec son courtier d’assurance pour en connaître la portée et les implications selon la destination ou les activités envisagées lors de son voyage.

Le retraité Snowbird est invité à lire en détail son certificat d’assurance et sa police d’assurance. Comprendre l’ensemble des termes et conditions le met à l’abri de fausses croyances sur sa protection médicale. Il se doit d’être proactif dès le moindre changement concernant son dossier médical. Son courtier d’assurance est là pour ajuster son assurance voyage afin de conserver l’admissibilité et le meilleur niveau de protection médicale.

Maladies tropicales : Tout ce qu’il faut savoir sur la dengue

4 December 2017

Qu’est-ce qui est pire : un moustique ou un grand requin blanc? Évidemment, les chances de se faire piquer par un moustique sont bien plus élevées qu’une attaque de requin. D’ailleurs, depuis les dernières décennies, les moustiques sont reconnus comme étant un des animaux les plus meurtriers sur la planète. Dans un environnement non tropical, ils peuvent sembler bien inoffensifs (quoique très ennuyants!), mais ailleurs dans le monde, les moustiques sont réputés pour transmettre des maladies mortelles.

Ceci ne veut pas dire pour autant qu’il faut rester enfermé chez soi avec les fenêtres fermées hermétiquement pour éviter tout contact avec des moustiques. Au contraire, il est préférable d’être bien informé et de faire preuve de prudence surtout quand on visite des pays à risques.

Qu’est-ce que la dengue?

La dengue est une maladie tropicale transmise par un moustique porteur d’un des quatre virus de la dengue, causant des symptômes similaires à la grippe. Suite à la piqûre initiale, ça peut prendre de trois à quatorze jours pour développer les symptômes du virus. Dans les cas les plus sévères, la dengue peut occasionnellement se transformer en dengue hémorragique.

Dans quelles régions la dengue est-elle endémique?

Selon les conseils de santé et sécurité en voyage émis par le Gouvernement du Canada, la dengue « est répandue dans certaines régions de l’Afrique, de l’Amérique centrale, de l’Amérique du Sud, des Caraïbes, de la Méditerranée orientale, de l’Asie du Sud, de l’Asie du Sud-Est et de l’Océanie. »

Les moustiques porteurs du virus sont généralement présents en zone urbaine et en banlieue. Le Centers for Disease Control and Prevention estime qu’environ 40 % de la population mondiale vit dans des régions présentant un risque de transmission de la dengue . Il est préférable de visiter une clinique du voyageur avant le départ afin d’obtenir plus de détails sur les zones à risques ainsi que pour toutes autres recommandations relatives à l’état de santé.

Comment prévenir la dengue?

Contrairement à la malaria, il n’existe pas de vaccins ou de médicaments contre la dengue. Sans être pris de panique chaque fois qu’on se fait piquer par un moustique, il existe, avant toute chose, des moyens pour réduire les risques de se faire piquer.

• Éviter certaines périodes de la journée :
Pour les moustiques porteurs du virus de la dengue, ceci veut dire aux alentours du lever et du coucher du soleil. Durant ces périodes, il est préférable de rester à l’intérieur ou de se vêtir adéquatement.
• Se couvrir :
Pendant les périodes de pointe, il faut privilégier les vêtements amples de couleur pâle qui couvrent tout le corps. Il ne faut pas oublier de se protéger les pieds avec des souliers fermés et un foulard pour le cou si nécessaire.
• Choisir des endroits climatisés:
Il est recommandé d’opter pour des chambres avec la climatisation. Celles-ci sont généralement plus hermétiques donc offrent une plus grande protection contre les moustiques. Dans le cas échéant, il faut s’assurer que les fenêtres ont une moustiquaire. Pour une protection additionnelle, il est également possible de dormir sous une moustiquaire (à noter : il faut vérifier avec l’hôtel à l’avance pour s’assurer qu’il en fournisse une).
• Garder une bonne circulation d’air :
Les moustiques, n’étant pas très forts, sont facilement rebutés par une brise ou un courant d’air. Pour les tenir éloignés, on peut utiliser un ventilateur dans les chambres et les aires communes.
• Porter un insectifuge avec DEET :
Certains vont préférer utiliser des produits naturels, mais il faut savoir que le DEET est reconnu comme étant le produit le plus puissant et le plus efficace contre les piqûres de moustiques. Le DEET devrait être appliqué uniquement sur les parties exposées du corps. Sinon, il y a aussi les produits à base d’icaridine/picaridine qui sont plus sécuritaires pour les enfants.
• Rester loin des endroits avec de l’eau stagnante :
Les moustiques pondent leurs œufs dans des endroits avec de l’eau stagnante comme un étang, une piscine pour enfants, des sceaux, des vases à fleurs ou tout contenant qui recueille l’eau de pluie. Pour éviter une infestation, il est recommandé de toujours vider ces bassins.

Comment reconnaître les symptômes de la dengue?

Dans les cas bénins de la dengue, les symptômes durent habituellement de deux à sept jours. N’importe qui ayant déjà contracté le virus peut affirmer qu’attraper la dengue c’est comme se faire frapper par un train!
Voici les symptômes qu’il faut surveiller, particulièrement suite à une piqûre de moustique dans une région à risque :
• Forte fièvre (n’importe quoi au-dessus de 38,5 °C devrait être considéré comme grave)
• Mal de tête intense
• Douleur derrière les yeux
• Douleur aux joints, muscles et os
• Fatigue (qui peut se transformer en léthargie)
• Nausée (pouvant aussi causer des vomissements)
• Éruption cutanée (se présente habituellement comme une rougeur à l’estomac)
• Saignements légers dans certains cas plus sévères

Si ces symptômes persistent pendant plus de 72 heures, il est conseillé de solliciter immédiatement de l’aide médicale.

Comment traiter la dengue?

Malheureusement, il n’y a pas de traitements disponibles contre une infection de la dengue. Seule une visite chez un médecin va permettre de déterminer, grâce à des tests, si la maladie a été contractée ou non. Ceci étant dit, il est important d’avoir en sa possession une police d’assurance voyage adéquate avant de consulter un médecin à l’étranger. Juste le fait d’obtenir une simple intraveineuse pour traiter les symptômes de déshydratation causés par le virus peut rapidement coûter très cher. Procure-toi une assurance voyage avant ton départ dès maintenant.

Les symptômes de la dengue peuvent être atténués avec l’aide d’analgésiques, en restant hydraté et avec beaucoup de repos. Il faut cependant se tenir à l’écart de certains comprimés comme l’aspirine, l’ibuprofène (Advil et Motrin) et le naproxène sodique (Aleve) qui peuvent causer des effets indésirables sur les symptômes de la dengue. Pour réduire la fièvre et la douleur, il est préférable d’utiliser un acétaminophène (Tylenol). Dans tous les cas, il vaut mieux consulter un pharmacien ou un docteur en cas de doute.

Étant donné l’étendue de la portée du virus de la dengue, il serait malheureux d’éviter complètement de voyager. En suivant ces précautions, en sachant reconnaître les symptômes et en prenant les mesures nécessaires en cas d’infection, il est non seulement possible, mais sécuritaire d’explorer le monde autour de nous. Mets tes pantalons et ton chandail à manches longues, asperge-toi d’insectifuge et va profiter de ce magnifique coucher de soleil!

« Dengue ». Gouvernement du Canada, 27 avril 2016, https://voyage.gc.ca/voyager/sante-securite/maladies/dengue. Accédé le 28 juin 2017.
« Dengue – Epidemiology. » Centers for Disease Control and Prevention, 9 juin 2014, www.cdc.gov/dengue/epidemiology/index.html. Accédé le 28 juin 2017.

Article rédigé par l’équipe de Nomad Junkies.

 

nomad

Surfer la côte Est

30 November 2017

Avec la mode du voyage et du Wanderlust, l’envie de partir et de fuir sa réalité d’étudiant plus ou moins palpitante est de plus en plus fort. Pourquoi donc ne pas faire un roadtrip en plein mois d’octobre pour remplir ce besoin d’aventure et de plaisir. Bien évidemment, vous devinez qu’un budget d’étudiant légèrement (beaucoup) serré ne laisse pas énormément d’options de destinations. Heureusement, le Québec et le Nord-Est des États-Unis ont pleins d’endroits magnifiques à petits prix pour profiter amplement d’une longue fin de semaine. Le choix s’est donc arrêté sur la populaire ville du Maine… Wells. C’est pour trois jours que bel état fut choisi pour vivre la vibe de surfeuse amateure bien motivée. En effet, pour l’action de grâce nous sommes parties chase les petites vagues que la côte Est a à nous offrir et en même temps profiter des cozy coffee shops pour étudier quand même un peu, parce qu’il parait qu’il y a des examens à l’école. 😉

Il y a plusieurs avantages à voyager l’automne, entre autres, la beauté des paysages. Les feuilles oranges et rouges des arbres rendent la route panoramique encore plus magnifique qu’à l’habitude. La route longeant la rivière Kennebunk, donne des paysages sortants directement de films.

Par «serré», les mots sont pesés, le budget est à peu près aussi serré que toi quand t’achètes une paire de jeans trop petites en te disant que tu vas perdre du poids (as if ¯\_(ツ)_/¯). C’est pourquoi le seul critère de sélection d’hotel/condo était: pas cher. Il ne faut pas s’attendre à de grandes choses avec ce budget la, mais clairement plus que le médiocre motel dans lequel nous avons passé les nuits et du même surement ramené des punaises de lit au Québec. Le matelas était tellement dur qu’il laisse son utilisateur avec un scoliose et les murs de cartons étaient tellement minces qu’ils laissaient passer la douce odeur de cigarette des voisins. Si vous êtes un grand fan des années soixante-dix, je vous conseille grandement ce motel, vous vous y plairez certainement avec ce décor vert fleuri.

À défaut de passer des bonnes nuits, vous pouvez très bien mangé. The Corner Room, restaurant Italien à Portland qui nous avait été conseillé est vraiment plaisant, pour plusieurs raisons dont; l’ambiance de la place, la fraicheur des plats et le service on point. La qualité de leurs pizzas comble tout le monde, même ceux ayant un estomac sans fond.. Ils servent des pizzas typiquement italiennes. Nos choix se sont arrêtés sur une pizza à la courge et fromage de chèvre, qui fut notre coup de coeur et une au proscuitto et aragula. Le restaurant, situé en plein coeur de Portland, est au parfait endroit pour profiter d’une petite marche d’après-midi dans le vieux Québec du Maine, pour faire descendre le trop plein de nourriture et profiter de cette chaleureuse ville.

capture-d_c3a9cran-2017-10-08-c3a0-16-18-56

Retour au premier but de cette escapade; surfer. Partir pendant la saison des ouragans est souvent avantageux parce que le swell est plus beau l’automne en général. Malheureusement, le mauvais karma nous a visiblement suivi et les vagues ont disparues à notre arrivée. Des vagues de deux trois pieds, ça se surf, mais disons que c’est pas avec ça qu’on va faire le Volcom Pipe Pro. C’était tout de même très plaisant pour des weekend warrior comme nous qui profites de à peu près n’importe quoi. On s’est promené sur la côte entre Higgins beach et York à la recherche de je ne sais quoi puisque les vagues se sauvaient à la minute qu’on arrivait. Heureusement, le karma nous a pardonné et nous a offert une belle journée de vagues à la fin de notre séjour et on a pu profité de vagues qui nous ont tout de même laissées sur notre appétit pour une prochaine longue fin de semaine.

C’est ce qui a conclu nos petites vacances automnales, bien évidemment pas assez longues à notre gout, mais assez pour remplir ce besoin de plaisir. Maintenant le temps de recommencer les dissertations, les calculs de coûts et la routine que nous essayons tant mieux que de mal d’épicer un petit peu avec autre chose que des épices à la citrouille.

Peace out

Les Monkeyz, excitéestwo-monkeyz